TLSP

Publications

Les infos

8 février 2008

Avant le lancement de la TNT locale en Ile de France le 20 mars, rencontre avec quelques responsables de chaînes

Les chaînes locales de l’Ile de France dans les « starting blocks »

LA TELE DE PARIS ET DE LA BANLIEUE

Le printemps prochain verra éclore les sept nouvelles chaînes locales qui émettront depuis les quatre canaux numériques qui leur sont réservés en Ile de France. LTF devenu NRJ Paris, IDF1 et Côté Seine devenu CAP 24 disposent chacune d’un canal plein. Demain IDF partage son canal (le 21) avec les chaînes associatives Télé Bocal, Cinaps TV et BDM TV.
A quelques semaines du lancement officiel, prévu le 20 mars,les éditeurs peaufinent leurs grilles et leurs programmes. Nous vous proposons une rencontre avec la chaîne Demain.

Demain IDF

In situ : La chaîne vit depuis environ dix ans dans un petit coin de banlieue tranquille, un quartier pavillonnaire à Bagneux (92). Elle y a installé studio d’enregistrement et régie. Ici sont enregistrés tous les « plateaux » et émissions maison. Six personnes ont été recrutées pour développer des programmes spécifiques pour la TNT. 18 personnes travaillent aujourd’hui en permanence (et d’arrache-pied !) pour mettre Demain IDF sur les rails, soit 12 heures de programmes « frais » par semaine. Une grille établie avec un budget de lancement de 5 millions d’euros. Un investissement qui devrait, selon Yacine Sabeg, trouver un équilibre financier d’ici trois ans.

Trois questions à Yacine Sabeg, Directeur de Demain IDF

Démarrer avant ou après les élections municipales, là est la question ?

Le CSA préconise le lancement des chaînes après les élections municipales, cela me paraît plutôt sain. Cela simplifierait les choses pour tous, cela ferait moins d’interférences.... Pour notre part, nous sommes tenus d’attendre l’autorisation officielle accordée par le CSA et sa publication préalable au bulletin officiel. Nous avons envoyé un courrier qui précise nos options techniques (nous utiliserons un émetteur TDF à partir de la Tour Eiffel d’une puissance de 5000 watt), nous attendons le feu vert pour la diffusion... Les sept chaînes doivent bien entendu démarrer en même temps.

Comme Demain IDF va se distinguer de la chaîne thématique Demain ?

C’est la chaîne de toutes les diversités, des territoires, des projets et initiatives, du patrimoine naturel et culturel de l’Ile de France. A partir de là, nous dégageons des thématiques liées à la ville, à l’urbanisme, aux métiers et aux savoirs... Je dirai que c’est une chaîne qui est totalement au service des collectivités locales qui sont nombreuses sur le bassin francilien avec huit Conseils Régionaux, la Région et une centaine de communes et syndicats de commune. Il va de soi que nous veillerons à la pluralité de nos partenaires. Ce que nous valorisons ce sont les actions et les initiatives, nous ne sommes pas une télévision d’opinion ! L’originalité de ces programmes sera d’ailleurs visible aussi sur l’antenne de Demain national puisque nous diffuserons une partie d’entre eux dans une case intitulée « Demain en Ile de France ».

Quels programmes originaux allez-vous proposer ?

Nous allons mettre à l’antenne un magazine d’une heure sur l’immigration intitulé « Il était une fois la France », une émission sur le cinéma urbain qui va s’appeler « Nouvelle vague » dans laquelle un jeune auteur viendra présenter son film, un court-métrage que nous diffuserons. Nous avons également prévu un magazine sur le futur, plus prospectif, « De quoi demain sera fait », où il sera question de nos modes de vie dans les années à venir. Des documentaires sur le patrimoine de la région (naturel et culturel) seront bien sûr proposés. Au mois d’avril, mai, une émission sur les initiatives locales verra le jour, elle s’intitulera probablement « Un jour à ... », nous irons à Pantin, Trappes etc. Nous prévoyons aussi une case « spectacle vivant » avec des concerts en captation notamment. Et l’année prochaine, nous pourrons envisager de diffuser de la fiction.

A lire aussi : Cinaps Télévision : Culture pour tous ?
Télé Bocal : Un « Gaulois » chez les Romains ?
BDM TV : « multicollective » et multicolore
NRJ Paris : le recentrage, une tentation « capitale » ?

L’union des Télévisions Locales de Service Public regroupe à ce jour 56 télévisions locales dans 30 départements. Ces télévisions représentent environ 7 millions de téléspectateurs, 450 salariés permanents, et un chiffre d’affaires cumulé de près de 20 millions d’euros.